La Carretera Austral

Après la pluie de Púmalin, nous avons décidé de rejoindre le parc Queulat. Par chance, nous nous sommes réveillés avec un beau temps. Donc top départ pour la randonnée à la conquête d’un glacier suspendu, le “ventisquero colgante”! Après une petite marche dans la boue, nous voyons enfin le glacier, duquel s’écoulent deux cascades dans un lac vert pastel. Ça valait le coup! Après, petit détour par Puerto Cisnes, un petit port très mignon sur un fjord. Puis à notre bivouac sur la route de Coyhaique, nous avons essayé de pêcher, mais la puissance de la rivière ajoutée à notre manque d’expérience nous a rendus bredouilles!

Le lendemain, direction Coyhaique pour faire le plein de courses avant une rando 3 jours au Cerro Castillo. Après ces petites courses, on se rend à l’office de tourisme pour prendre des infos sur la rando. Là, on nous apprend que des avalanches ont emporté des passerelles et que notre plan tombe à l’eau! Pas grave, on se contentera d’une grosse journée de rando. En se dirigeant vers Villa Cerro Castillo, la ville départ pour notre trek, nous croisons des huemuls, sortes de cerfs en voie d’extinction. Sinon, la carretera Austral était toujours aussi belle à parcourir, et c’est ce jour-là que nous avons roulé sur ses dernières portions goudronnées.

Le lendemain, départ pour la fameuse randonnée. Pas très bien balisée ce qui nous a valu quelques petits détours… et un champs de cailloux à escalader additioné à un vent patagon font que cette rando n’était pas si simple. Mais au final la vue sur le Cerro Castillo était magnifique.

Avant de repartir pour le sud, on prend une petite nuit de camping pour se doucher, faire la vaisselle etc. Et Perrine trouve la merveilleuse idée de déclencher l’alarme de la voiture en pleine nuit! Une fois arrivés à Puerto Río Tranquillo, nous embarquons dans une petite barque à moteur pour aller admirer les Capillas De Marmol, sur les rives du lago General Carrera (deuxième plus grand lac d’Amérique du sud). Ces grottes creusées par le lac et le vent dans du marbre sont magnifiques. La couleur du marbre qui ressort avec le bleu turquoise de l’eau est à couper le souffle! Le retour a été un peu humide grâce au capitaine qui écoutait du Metallica et qui s’amusait à faire sauter la barque sur les vagues! Pour se remettre de nos émotions, on se trouve un petit bivouac avec une vue superbe sur le mont San Valentin, le plus haut de Patagonie (4058m). Nous en avons aussi profité pour installer notre hamac en savourant un apéro pop corn… Parfait!

Le lendemain on part donc voir le glacier exploradores, qui s’observe depuis un mirador et une petite balade de 2h. Nous voyons le glacier d’un peu loin mais ça n’enlève pas le fait qu’il était impressionnant. Après ça, direction le Parc Patagonia où nous bivouaquons sur les bords du río Baker, le plus grand du Chili. Nous préparons donc un quinoa que nous avons commencé à savourer avec cette vue magnifique sur le fleuve. C’est alors que surgit un troupeau de vaches avec son taureau qui se met à courir en notre direction! Là, panique totale nous nous réfugions dans la voiture en laissant les affaires dehors. Elles commencent à nous encercler et à se coller à la voiture, à toucher et lécher les affaires qu’on avait laissées dehors. Il y en a même qui se battent cornes contre cornes à 1m! Aurélien profite d’un petit moment de trève où aucune vache n’est de son côté pour sortir et rassembler les affaires dans la voiture. On a ensuite pu démarrer pour se trouver un endroit plus sûr (c’est ce qu’on a cru au début avant qu’un autre troupeau de vaches viennent aussi squatter notre terrain – mais cette fois ça aura été plus rapide de partir puisqu’on les a vues venir de loin!).

Après cette soirée forte en émotions, nous partons le lendemain matin vers le parc Patagonia, qui a été créé comme le parc Púmalin par les américains Douglas et Kris Tompkins. L’accueil est luxueux, il y a de somptueux lodges en bas du parc et même l’avion des Tompkins. Le tout dans un décor et une nature de rêve, peuplée de dizaines de guanacos! On commence notre rando de 2 jours qui nous offre de superbes paysages, mais peu d’animaux sauvages contrairement à ce qui était escompté. On a planté notre tente près d’une rivière, avant de prendre le chemin du retour le lendemain. Nous sommes allés le soir dormir dans un camping afin de faire notre première machine et de prendre une petite douche… C’était pas du luxe!

Le lendemain, départ pour Caleta Tortel qui sera le dernier village que nous visiterons en parcourant la carretera Austral. En effet, le dernier de cette route, Villa O’Higgins, offre peu d’intérêt et nous demanderait un détour de plus de 200kms (non bitumés bien sûr) pour aller à notre objectif suivant : passer la frontière argentine au niveau du “Paso Roballos”.Caleta Tortel est un petit village très mignon, sur pilotis et qui n’est pas desservi par des routes mais des passerelles en bois ! Là-bas, le piéton est roi et la voiture reste à l’entrée du village! Et surtout, la pluie est bien présente… Nous sommes ensuite allés installer notre campement au bord du lac Baker, où nous avons pu sortir la canne à pêche, mais on est de nouveau sortis bredouilles! La prochaine fois sera peut être la bonne!

Nouveauté à partir de cet article : nos statistiques cumulées depuis le début du voyage!

Nombre de nuits dans la voiture : 14
Nombre de nuits en tente : 1
Nombre de nuits en hôtel : 1
Nombre de douches : 6
Nombre de kms de rando : 99,9
Dénivelés positifs randonnées : 6 142m
Nombre de kms parcourus en voiture : 2 945

On profite de cet article pour vous remercier de vos messages, mais par manque de wifi et de réseau nous n’avons pas encore eu l’occasion d’y répondre. N’hésitez pas à vous abonner au blog pour être prevenu de la sortie de nouveaux articles.

À bientôt !

6 thoughts on “La Carretera Austral

  1. Super ! Vous en prenez plein les mirettes et nous aussi du coup !!!
    Paysages magnifiques et spot de bivouac qui ont l’air bien sympa!
    Gros bisous à vous deux

  2. Magnifique, vraiment magnifique.
    Vous nous ramenez quelques années en arrière quand on était allé voir Mélanie chez les gauchos.
    Sinon et pour être un peu sérieux, c’est quoi votre score à la pêche qui, je le rappelle en toute gentillesse, devait vous nourrir durant le voyage.

Leave a Reply