La Patagonie argentine

La deuxième tentative aura été la bonne! Nous avons réussi à passer en Argentine par une route de terre sur laquelle ne passent que cinq voitures par jour. Nous avons d’abord franchi la frontière chilienne avant de rouler 11 kilomètres dans un no-mans land peuplé seulement de moutons et de flamands roses puis nous sommes arrivés à la frontière argentine. Le décor change brutalement, nous sommes maintenant au Far West. Nous passons notre première nuit argentine quasiment sans dormir, brassés par des vents monstrueux, la voiture bouge dans tous les sens, et il n’y a aucun abri à l’horizon…

On part maintenant à la recherche de pesos argentins (et oui, on est tellements prévoyants qu’on est rentrés dans le pays sans un sou!)Premier petit “village”, le commerçant nous propose de changer nos pesos chiliens à un taux effarant. Faut pas nous prendre pour des nouilles, on décide de poursuivre notre route jusqu’au village suivant (à plus de 200kms) où on sait qu’il y a une banque. Malheureusement, le distributeur ne marche pas… Et on est dimanche! On dort donc en bordure de village avec les moutons pour aller voir les banquiers le lendemain… qui nous confirmera que les cartes à puce ne fonctionnent pas dans leur banque. Pas de chance!

Toujours sans un sou, nous changeons donc nos plans en commençant pas El Calafate doté de plusieurs banques au lieu d’El Chaltén (vous verrez sur la carte que le trajet n’est pas très logique, mais on n’avait pas vraiment le choix!). On a enfin pu retirer, et on fête ça dans un restaurant qui sert de la viande à volonté (et oui on est des gros tas, mais il faut bien tester cette fameuse viande argentine!) 
Le lendemain, pour digérer, on commence par faire le Glaciarium, un musée sur les glaciers. Un peu cher mais ça vaut le coup. On s’approche ensuite du glacier en s’installant au bord d’un lac duquel on est encore revenus bredouilles de la pêche…

Après une bonne nuit, nous faisons une randonnée d’un jour au cerro Cristal avec en haut une vue magnifique avec d’un côté le Perito Moreno et de l’autre les Torres Del Paine, où nous irons dans quelques jours.Vient ensuite le jour où nous allons voir le fameux glacier Perito Moreno. L’entrée est chère, les prix ont à peu près triplé depuis l’an dernier, mais ça vaut le coup! On reste pendant quatre heures à silloner les passerelles qui bordent le front du glacier, à écouter et admirer le bruit sourd des morceaux de glace se détacher pour aller se fracasser dans le lac, créant des icebergs. Inoubliable!

El Calafate c’est fini pour nous! On part maintenant pour El Chaltén, la capitale de l’alpinisme argentin, avec ses mythiques cerro Fitz Roy et cerro Torre.

Nous commençons par une randonnée “classique” de trois jours où nous plantons la tente le premier soir au camping Poincenot, au pied du Fitz Roy. Le point de vue à une heure du campement est magnifique, avec un lac d’un bleu intense, surplombé par le mont Fitz Roy. Sur le côté gauche, s’écoulait un glacier dans un autre lac d’une couleur bleu turquoise-fluo que nous n’avions jamais vue avant. Un décor à couper le souffle!
Le deuxième jour, on part en direction du camping De Agostini, au pied du cerro Torre. Ce mont fut longtemps considéré comme le plus difficile à gravir au monde, avec sa paroi granitique de 800m de haut, quelque soit la face, et le climat très incertain de la zone ne facilite pas son escalade. Le chemin qui longe son lac vert (couleur due à la fonte du glacier, mélange d’eau et de minéraux) mène à un point de vue spectaculaire qui surplombe le glacier, au-dessus duquel se dressent les trois “tours” des cerro Torre, Egger et Standhardt. Magnifique.
Le troisième jour, c’est retour à El Chaltén : repos, nettoyage des chaussettes, lycras et nous. On prépare également la randonnée que nous débuterons le lendemain, en allant prendre des renseignements auprès des guardaparques et en allant louer le matériel nécessaire : baudrier, cordelettes et mousquetons.

Nous voilà partis sur notre deuxième randonnée de trois jours, un aller-retour jusqu’au Paso del Viento. Cette rando étant moins accessible et exigeante, nous devons nous enregistrer au bureau des guardaparque avant le départ, où ils font également le checking complet du matériel et nous expliquent les passages délicats. 

Le premier jour, nous nous dirigeons donc vers le campement de base “Lago Toro”, au pied d’un glacier. Après six heures de marche, des passages dans des zones marécageuses, une rivière traversée sur un tronc, deux autres où on a du déchausser (c’est froid l’eau des glaciers, surtout après cinq heures de marche!), on arrive au campement. 

Pour le lendemain, ça sera un départ à 7h30 et au bout d’une heure de marche, il faut s’équiper pour passer un petit canyon à l’aide d’une tyrolienne. Pas de soucis particuliers, on a bien géré l’affaire mème si Aurélien a avoué ne pas regarder en bas! Ensuite, nous continuons notre chemin et arrivons au niveau d’un glacier sur lequel nous avons marché 1km. Ce dernier n’était pas glissant puisque nous étions proches de la moraine latérale. Nous avons quand même pu y observer crevasses, petites rivières et trous d’eau profonds. Après un dernier petit effort et une grosse montée finale, nous arrivons enfin au Paso del Viento. Et là, … Incroyable! Il s’étend devant nous une petite partie du Campo de Hielo Sur. Malheusement les photos ne rendent pas l’impression d’immensité que cela donnait. Le Campo de Hielo Sur est la troisième plus grande calotte glaciaire du monde, après l’Antarctique et le Groënland (Arctique). Petite comparaison avec la France, le plus grand glacier est la mer de glace de Chamonix, avec une superficie de 32km2 alors que le Campo de Hielo Sur en fait 16 800. Bref, c’était époustoufflant mais un peu venteux. 

Le troisième jour, on se contentera du retour à El Chaltén où nous profiterons une dernière fois du saucisson argentin, avant de prendre la route vers le Chili où nous préparons actuellement notre prochaine randonnée, le “O” de Torres del Paine.

Nos statistiques cumulées depuis le début du voyage:

Nombre de nuits dans la voiture : 28
Nombre de nuits en tente : 5
Nombre de nuits en hôtel : 1

Nombre de douches : 12

Nombre de kms de rando : 209,8
Dénivelés positifs randonnées : 11379m

Nombre de kms parcourus en voiture : 4994

À bientôt pour la suite,
Perrine et Aurélien

One thought on “La Patagonie argentine

Leave a Reply